Pardonner plus facile à dire qu’à faire…mais à faire absolument!

Pardonner plus difficile à dire qu'à faire

Aujourd’hui distribution de pilule douce amère et pleine d’amour, celui du Père.

Pardonner ce n’est pas être désolé. Pardonner ce n’est pas une p’tite demande mignonne, c’est un commandement auquel se conformer. Un ordre. Nous ne pouvons ignorer ce qu’il nous dit, faire genre nous ne savions pas.

1 Pierre 1:14 « Comme des enfants obéissants, ne vous conformez pas aux convoitises que vous aviez autrefois, quand vous étiez dans l’ignorance ».

Aimer et pardonner c’est Dieu tout plein envers l’humanité.

Pour nous, c’est pardonner les trahisons les peines, les douleurs les coups reçus verbalement ou physiquement. Bref la liste pourrait être longue des opprobres subies et…aussi celles que nous faisons ou avons fait à autrui qui doit aussi nous pardonner à nous.

Papa Yahweh il nous dit aux uns et aux autres, hop nettoyage, balayage, astiquage, que tout soit pimpant et hop c’est reparti comme en l’an 40. Nous nous disons AMENnnnnnnnn. Un amen prolongé comme dit Pst Mohammed Sanogo. Hum! nos bouches disent cela et nos cœurs, que disent-ils? Nos pensées sont des paroles silencieuses!

Le pardon absolu est une puissance qui libère. Savoir pardonner, que l’autre le sache ou non cela s’apprend, se décide, se vit.

Certains se trouvent magnanimes en disant à l’autre -époux/épouse, ami, frère/sœur biologique ou dans la foi, quiconque en fait- « je t’ai pardonné! » Parfois cet autre n’en a cure: soit cette personne ignore ce qu’elle a fait, soit elle sait très bien ce qu’elle a fait ou dit et cela ne lui pose aucuns regrets ni remords. Celui qui déclare et donne le pardon et se retrouve ainsi rabroué et vexé et encore blessé! Cela révèle une attente, L’attente de la reconnaissance du pardon. Ce besoin d’exister en disant à l’autre responsable du mal que nous lui pardonnons. Il y a des personnes qui sont sincèrement dans le regret et d’autres non.

Je me souviens de ce dimanche en 2016 à l’église à Québec, une invitée venant de France qui nous partage l’histoire de cette femme qu’elle rencontrée à l’église TimeSquare Church à NY. Cette femme a perdu son fils unique tué dans un accident. Douleur sans mots. Le responsable est en prison. Dieu lui demande d’adopter ce jeune homme. Elle l’a fait. Je ne sais pas comment ce fait la procédure administrative, ce n’est pas là mon point. Ce qui m’a marqué c’est ce pardon absolu qu’elle a donné et cette obéissance et soumission à Dieu.

Combien d’entre nous le ferait?

Combien d’entre nous se vexe pour un bonjour, un SMS, un appel non reçu, une place occupée à l’église, le morceau de poulet ou de viande favori non obtenu …etc. etc. Combien de nous vont jusqu’à agir par « inadvertance ciblée », pour se venger?

Combien de nous, après des choses traumatisantes vécues même s’il n’y a pas perte de vie humaine (viol, coups, violences psychologiques et morales, guerres ethniques, abus spirituels à l’église par les autorités ou des chrétiens, violences de votre conjoint(e) (homme ou femme), blessures par des chrétiens …etc.), seraient en mesure de tourner la page comme cette femme ayant perdu son fils unique?

Nous devons apprendre à les relâcher quel que soit le cas de figure.

Comment ?

1-méditer la parole.

2- la mettre en pratique.

Aïe! c’est tout? Je ne dis pas que c’est facile.

Une femme, épouse de pasteur, et ce dernier le partageait une foi dans une prédication qu’elle a mis ……10 ans à lui pardonner. Nous ne sommes pas obligés de rester captifs aussi longtemps. Pardonner à celles et ceux qui nous ont fait du mal peut être très difficile à faire, surtout quand la confiance est brisée.

Parfois, il nous arrive de prendre conseil et il est possible de se voir dire de traiter ces personnes avec mépris. Le mépris n’est pas et ne sera jamais le cœur de Dieu envers quiconque. Nous pensons aussi que nous sommes de bonnes personnes.

Proverbes 14V21 : « Celui qui méprise son prochain commet un péché, Mais heureux celui qui a pitié des misérables ! »

Nous ne devons pas attristez le St-Esprit de Dieu :

Éphésiens 4V30 :32 : « N’attristez pas le Saint-Esprit de Dieu, par lequel vous avez été scellés pour le jour de la rédemption. Que toute amertume, toute animosité, toute colère, toute clameur, toute calomnie, et toute espèce de méchanceté, disparaissent du milieu de vous. Soyez bons les uns envers les autres, compatissants, vous pardonnant réciproquement, comme Dieu vous a pardonné en Christ. »

Michelle Nelson parle de 3 niveaux de pardon :

  • Le pardon détaché : Diminution des sentiments négatifs envers l’offenseur, aucune réconciliation
  • Le pardon limité : perte de certains sentiments négatifs envers l’offenseur, restauration partielle de la relation.
  • Plein pardon : disparition complète des sentiments négatifs envers l’offenseur, réconciliation et rétablissement de la relation.

Avec Dieu, Père, Fils, et St-Esprit : c’est le pardon absolu comme il donne l’amour absolu.

Amour inconditionnel, pardon total, même quand il n’y pas de restauration de la relation. Pardonner totalement une personne ne veut pas dire avoir une relation, beaucoup de personne font cette confusion. Celui ou celle que nous pardonnons n’a pas forcément à la savoir et parfois les conditions (distance, perte de vue, décès font que l’offenseur ne le sait pas).

Dieu regarde à notre cœur. Si dans nos cœurs nous retenons toujours cette personne qui nous a offensé, c’est là où nous sommes hors de la volonté de Dieu. Cela prend de se checker par le St-Esprit en nous quand on voit la personne par exemple dans un lieu public, en réunion, dans notre famille ou celle de notre époux/épouse..etc.

Comment réagissons-nous? Mépris, indifférence, froideur? C’est là ce qui révèle l’état de notre cœur. Ne pas chercher à faire payer l’autre, se venger. Ne pas approuver la mal fait, ne pas nier la situation, ce qui s’est passé. L’aveuglement est un choix conscient de faire comme s’il rien s’est passé alors que le déni est inconscient et involontaire.

Pardonner c’est ce que Dieu a fait envers chacun de nous :

2 Corinthiens 5V19 : « Car Dieu était en Christ, réconciliant le monde avec lui-même, en n’imputant point aux hommes leurs offenses, et il a mis en nous la parole de la réconciliation. »

Romains 5 V8 : « Mais Dieu prouve son amour envers nous, en ce que, lorsque nous étions encore des pécheurs, Christ est mort pour nous. »

Pour nous tous qui avons vécus des choses pour lesquelles il est difficile de pardonner, considérons les points suivants :

  • Le pardon est une décision.
  • Dieu nous le demande :

    Éphésiens 4V32: « Soyez bons et pleins de compassion les uns envers les autres; pardonnez-vous réciproquement comme Dieu nous a pardonné en Christ. »

  • L’offense est une arme que Satan utilise pour nous tenir captifs
  • Relâcher véritablement l’offenseur amène la paix dans le cœur
  • L’amertume ne fait pas de dommage à l’autre, l’offenseur mais à moi seul.

Contrairement à ce que nous pensons et disons, Dieu n’oublie pas nos péchés. Il choisit, il décide de plus les retenir. Il sait tout ce que nous avons fait et le pardon accordé en confessant nos fautes. Il connaît chaque détail sordide de nos transgressions dans nos pensées qui sont des paroles silencieuses, nos dires, notre corps. Il choisit de ne pas s’en souvenir afin de ne pas les retenir contre nous.

Hébreux 8 V12 : « Car je pardonnerai leurs fautes, je ne tiendrai plus compte de leurs péchés [ni de leurs fautes]. »

Michée 7 V18 :19 : « Qui est un Dieu comme toi, pardonnant l’iniquité et passant par-dessus la transgression du reste de son héritage? Il ne gardera pas à perpétuité sa colère, parce qu’il prend son plaisir en la miséricorde. Il aura encore compassion de nous; il effacera nos iniquités, et jettera tous nos péchés au fond de la mer. »

Décidez-vous de pardonner?  Si oui, je vous invite à déclarer à voix haute :

Je prends la décision de pardonner aux personnes qui m’ont fait du mal (dire leur nom ou le contexte si vous ne connaissez pas le nom). Je les libère totalement, je les bénis au Nom puissant de Jésus.

Avez-vous du mal à pardonner?

Demandez-vous facilement pardon lorsque vous blessez ou offensez quelqu’un? (Conjoint(e), frère/sœur biologique, père, mère, chrétiens à l’église…etc.

CC BY-NC-SA 4.0 Pardonner plus facile à dire qu’à faire…mais à faire absolument! par Zoé est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'utilisation Commerciale-Partage à l'identique 4.0 .

One thought on “Pardonner plus facile à dire qu’à faire…mais à faire absolument!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *