Culture, coutume, tradition, versus culture et mentalité du royaume de Dieu.

Culture, coutume, tradition, éducation versus culture et mentalité du royaume de Dieu pourunbut.com

Nous sommes une grande diversité de peuples et de nations sur toute la terre. C’est une richesse il est vrai et cela permet de découvrir et partager des éléments de nos cultures respectives. J’ai toujours été intriguée en mon fort intérieur par le nombre impressionnant et la diversité des langues parlées. Je ne parle pas juste des langues dites internationales à l’exemple du français, de l’anglais, et de l’espagnol mais de toutes ces langues qui existent dans toutes les nations. En méditant la Parole, j’ai eu la réponse sur le pourquoi de ces langues multiples en Genèse 11 V1 :9. Nous voyons que les hommes parlent un seul et même langage. Nous apprenons au V1 : « Toute la terre avait une seule langue et les mêmes mots ». Ensuite au V8 : 9 « L’Éternel les dispersa loin de là sur la face de toute la terre (…). C’est pourquoi on l’appela du nom de Babel, car c’est là que l’Éternel confondit le langage de toute la terre, et c’est de là que l’Éternel les dispersa sur la face de toute la terre ».

Je suis personnellement convaincue que c’est parce qu’il y avait cette unicité de langage (source commune) que nous retrouvons aujourd’hui des points communs avec des mots identiques ou proches même si les nations sont éparpillées sur toute la terre avec chacune leur langue.

J’aime la diversité et le multiculturalisme et lorsque nous naissons de nouveau nous devenons citoyens du ciel. Nous devons développer la mentalité du Royaume et il y a parfois des heurts avec notre culture, nos coutumes, nos traditions que l’on soit blancs, noirs, jaunes ou rouges.

Je n’avais jamais réalisé à quel point nous pouvions être attachés à nos manières de penser et parfois y tenir fermes même si cela n’est pas aligné avec la Bible. Je me rends compte qu’il arrive même de mettre ces cultures, ces traditions, ces coutumes, et notre éducation au-dessus de l’Évangile. Or ce qui flatte notre ego, notre moi, notre chair ne doit pas être au-dessus des lois et principes divins. Ce que je dis peut déranger mais ce n’est pas ma vérité c’est LA vérité. Lorsque nous mettons notre éducation, notre culture, nos traditions avant toute chose, nous les mettons au-dessus de Dieu, ce qui est anormal. Cela nous dérange car cela vient bousculer notre chair, nos habitudes, ce à quoi nous sommes formatés depuis des lustres de transmission de traditions familiales ou des années de vie. Oui le renouvellement de l’intelligence c’est bien sûr arrêter de voler, mentir, tricher, être dans l’adultère, jalouser, avoir de la colère ou de l’amertume et bien d’autres. C’est aussi, à partir de choses qui nous semblent extrêmement positives, devoir les remettre en question et les abandonner ou les conserver en les arrimant à la perspective divine. Cela revient à apprendre à dominer notre chair.

Pourquoi est-ce important? Si nous n’apprenons pas à dominer notre chair, nous la disposons comme une porte d’accès facile pour l’ennemi de nos âmes, Satan pour des blessures émotionnelles et relationnelles.

J’ouvre une parenthèse tranche de vie. J’ai été confrontée ici au Canada à certaines personnes pour lesquelles dans leur schéma de fonctionnement, tout se règle dans le privé en mode « entre nous ». Quelque part cela revient à appliquer la maxime « le linge sale se lave en famille ». Il est vrai que nous devons apprendre à discuter et régler nos différents dans l’amour. Toutefois, si je prends le cas d’attouchements, relations sexuelles sur personne mineure par exemple je pense que ne pas le mettre sur la place publique c’est soutenir l’auteur ayant la position d’autorité, ici un pasteur et cela est inadmissible.

Aucune considération n’est faite de la victime parce que la culture est mise avant l’Évangile, c’est nier la souffrance de la personne abusée. Le refus de considérer les abus subis (physiques, psychologiques, spirituels) pour prôner la culture, les coutumes et les traditions, relève du mépris et la Parole réprime cela : Proverbes 14 V21 : « Qui méprise son prochain commet une faute, mais heureux celui qui a compassion des affligés ». Chacun de nous doit considérer que le sentiment d’indignité ravage l’âme de la personne abusée. Je vous conseille l’excellente série de 3 messages de Pst David Thery sur les abus spirituels.

Libres de l’abus spirituel 1 message du 3 août 2014

Libres de l’abus spirituel 2 message du 10 août 2014

Libres de l’abus spirituel 3 message du 17 août 2014

Qui travaille dans l’ombre et ne veut pas exposer le mal? En aucun cas Jésus, qui est la lumière du monde. Lorsque notre mentalité, notre culture, nos traditions nous amènent à vouloir cacher des actes répréhensibles, que nous soyons blancs, noirs, jaunes, rouges, posons-nous la question : est-ce que nous agissons selon les principes de Dieu ou selon notre culture/coutume/tradition/éducation?

Nous devons apprendre à regarder nos vies, nos pensées avec le filtre de la Parole de Dieu et non le filtre de nos cultures. Cela fait partie du renouvellement de l’intelligence qui n’est autre qu’un changement de mentalité pour adopter la mentalité du Royaume.

Romains 12 V2 : « Ne vous laissez pas modeler par le monde actuel, mais laissez-vous transformer par le renouvellement de votre pensée, pour pouvoir discerner la volonté de Dieu : ce qui est bon, ce qui lui plaît, ce qui est parfait ».

Cela fait partie du chemin étroit. Mathieu 7 V13 :14 « Entrez par la porte étroite. Car large est la porte, spacieux est le chemin qui mènent à la perdition, et il y en a beaucoup qui entrent par là. Mais étroite est la porte, resserré le chemin qui mènent à la vie, et il y en a peu qui les trouvent. »

Adopter la mentalité Du Royaume de Dieu ce n’est pas uniquement sur la prospérité, la gestion de nos finances. C’est l’ensemble de notre caractère et de notre identité en Christ.

Pourquoi? Pour adopter la manière de penser, parler, agir et faire de notre Seigneur Dieu Jésus, et nous conformer à Sa parole et non à notre culture, si riche soit-elle. C’est nous qui devons nous arrimer à la culture du Royaume, à la pensée de Dieu et dominer sur notre chair et nos émotions.

Autre tranche de vie : le fait pour certaines personnes dans certaines cultures d’exiger de se faire appeler Maman ou Papa suivi de leur prénom. Cela ne pose pas problème de le voir faire mais de le voir imposer, oui. J’ai expliqué à ces personnes pourtant éduquées, certaines ayant même des doctorats, que cela n’est pas correct. Elles ne doivent pas avoir ce rejet envers les personnes qui ne veulent pas les appeler ainsi, que ces personnes aient la peau noire ou pas. Impossible de leur faire comprendre intellectuellement cela. Réponse obtenue : « dans mon pays, cela est signe de respect ». Prôner sa culture, ses valeurs, ses traditions c’est réclamer que rien ne bouge. C’est se porter à la défense de ces coutumes, traditions et principes au lieu de s’aligner aux principes de la Parole de Dieu. Je vous invite à lire sur ce blog  l’article de si bons principes. Refusant les échanges d’argumentation inutile, cette expérience vécue en 2016 me permet de noter l’importance de dire sa position (communiquer) sans chercher à convaincre verbalement.

Éphésiens 6:12 : « Car nous n’avons pas à lutter contre des êtres de chair et de sang, mais contre les Puissances, contre les Autorités, contre les Pouvoirs de ce monde des ténèbres, et contre les esprits du mal dans le monde céleste ».

J’ai dû expliquer ce que c’est une femme. Oui, oui, oui car malheureusement pour beaucoup ne sont femmes que celles qui sont épouses et mères. J’ai dû rappeler, référence biblique à l’appui que Dieu a créé l’homme et la femme et non des pères et des mères. Genèse 5 V2 : « Il créa l’homme et la femme, il les bénit, et il les appela du nom d’homme, lorsqu’ils furent créés ». Dans l’Hébreu, les termes homme et femme employés en début du verset font référence au mâle c.-à-d. à l’homme de sexe masculin et à la femelle, c.-à-d. à la femme. La suite du verset il les appela du nom d’homme fait référence à la nature adamique de l’homme et de la femme issus de la terre. Genèse 1 V7 : « l’Éternel forma l’homme de la poussière de la terre, il souffla dans ses narines un souffle de vie et l’homme de vint un être vivant. » C’est le genre humain qui englobe autant le sexe masculin que le sexe féminin.

Le monde animal, végétal et humain suivent tous le seul modèle divin: masculin + féminin = génération future.

J’ai dû expliquer que le fait de se faire appeler par son prénom au lieu d’un « titre culturel » exemple Papa Casparo, Maman Casparine, Tata Casparine, n’est pas une injure et ne change rien au respect, à la considération et à l’affection portée à ces personnes. Pour les personnes ayant cette sensibilité, chaque fois que vous vous sentez blessé parce que vous êtes appelé par votre prénom, c’est un signe que vous devez travailler votre chair et votre orgueil. Que l’on vous dise Papa X, Maman Z ou votre prénom, mettons Casparin ou Casparine, vous devez être dans la joie et constant dans votre attitude et parole envers les autres. Cela ne doit pas être une exigence ou une contrainte pour celles et ceux qui ne sont pas familiers avec votre culture/coutume/tradition/éducation. Il n’y a aucun lien entre le respect et exiger ou s’attendre à être appelé d’une certaine manière pour se sentir respecter et être respecté. C’est justement l’association malheureuse et dommageable qui est faite par nombre de personnes femmes comme hommes dans certaines églises et dans certaines cultures. Ce n’est ni une rétrogradation ni une élévation d’appeler une personne par son prénom ou par une forme plus solennelle ou selon des formats d’appellation propres à vos schémas culturels.

Lorsque vous vous dites : « Dans mon éducation, on appelle les gens maman, papa, tonton ou tantine, ce n’est que par respect ». Vous mettez pile poil le doigt sur cette forteresse mentale qui doit être brisée au nom de Jésus. L’équation il/elle m’appelle maman, papa, tonton ou tantine et donc me respecte versus il/elle m’appelle par mon prénom et donc ne me respecte pas est extrêmement dangereuse.

Saisir cela participe à votre propre processus de guérison et de restauration sur ce sujet du respect.

C’est une forteresse mentale que Satan prend plaisir à consolider avec l’accord et la participation active de celles et ceux qui font cette équation ignoble. Cela n’est en aucun cas inspiré par la culture du Royaume de Dieu et par le Saint-Esprit et le respect des principes divins.

Cette influence vient de la culture naturelle selon le pays d’origine ou le mode d’éducation. C’est une (fausse) croyance inculquée. Or ce qui nous caractérise enfants de Dieu c’est de nous conformer aux principes bibliques et à la mentalité et la culture du Royaume de Dieu et non pas/plus à notre culture personnelle ou notre éducation. C’est un processus long pour chacun de nous.

C’est ainsi que se fait notre renouvellement de l’intelligence à tous : Romains 12V2 « Ne vous conformez pas au siècle présent, mais soyez transformés par le renouvellement de l’intelligence, afin que vous discerniez quelle est la volonté de Dieu, ce qui est bon, agréable et parfait ».

De même, c’est ainsi que se fait également notre guérison et restauration intérieure.

Le renouvellement de l’intelligence (mentalité, manière de penser, croyances, pratiques, valeurs, clichés, stéréotypes…etc…) c’est reformater ce qui a été construit en nous selon notre éducation ou culture d’origine.

Être transformés, c’est-à-dire d’aller au-delà de ce modèle (de ce moule de ton/notre éducation), en laissant nos pensées être renouvelées par la pensée de Christ.

Dieu le Père nous dit par la bouche de Paul : sortez de ce moule, et adoptez le modèle et la culture de mon Royaume. C’est la raison pour laquelle Paul parle de renouvellement de nos pensées.

Nous sommes le produit de notre chemin de vie avec les expériences positives et négatives qui nous façonnent. Je suis époustouflée par Dieu qui prend toutes les situations y compris les négatives pour nous façonner, transformer pour Sa gloire et que ce qui est tordu en nous soit redressé.  Il nous restaure, rebâti, reconstruit.

Nous disons souvent nous chrétiens et dans nos églises que là où est l’Esprit du Seigneur là est la liberté. Le verset 2 Corinthiens 3V17 dit en substance : (…) Or le Seigneur c’est l’Esprit et là où est l’Esprit du Seigneur c’est la liberté.

Lorsqu’une personne ne comprend pas et se retrouve vexée de ne pas être appeler mettons Maman Caspareta ou Papa Casparo (et autres déclinaisons Tonton Casparo, Tata Caspareta) ce n’est EN AUCUN CAS l’Esprit du Seigneur qui motive son attitude, ses paroles, son comportement. Il s’agit simplement d’une attitude issue de son éducation et de sa culture.  Il faut être capable de le dire, le reconnaître pour pouvoir avancer et changer.  

Cette réaction vive de ces personnes vient de la chair, de l’orgueil, du péché subtil d’une forme de supériorité et d’orgueil tellement répandu parmi nous :

  • Statut social (riche ou pauvre),
  • Statut civil (marié versus célibataire),
  • Éducation (avoir fait des études ou pas, avoir fait des études et être diplômé ou pas (avoir achevé et obtenu le diplôme),
  • maternité (avoir des enfants ou pas),
  • Physique (beauté versus laideur)

etc. etc…

Il nous est difficile de le reconnaître parce que, dans une certaine mesure nous le commettons tous.

Cela prend la RESTAURATION INTÉRIEURE par le Saint-Esprit afin que les personnes changent (c’est vous, c’est moi, c’est quiconque). Aucun changement ne se fait sans communication. Il faut oser aborder ces points sans rester dans le DÉNI, les NON-DITS ou les TABOUS.

La restauration intérieure ce n’est pas uniquement de mettre fin à nos péchés flagrants (manque de pardon, fornication, mensonge…etc.) c’est AUSSI et d’ABORD mettre fin à nos péchés subtils. Tellement qu’ils sont imprégnés en nous par la culture et l’éducation qu’ils sont difficilement perceptibles par nous-mêmes.

Proverbes 14 V21 « Celui qui méprise son prochain comment un péché (…) ». Nous pouvons mépriser de manière conscience et aussi de manière inconsciente. Ainsi une femme est un être humain à part entière, qu’elle soit mariée ou pas, qu’elle ait des enfants ou pas. Une femme c’est une personne qui a les rôles suivants dans son identité naturelle de femme et son identité spirituelle en Christ selon les saisons de sa vie :

  • Fille naturelle/biologique de vos parents
  • Sœur biologique dans vos familles naturelles
  • Épouse auprès de son mari
  • Mère auprès de ses enfants mineurs puis majeurs (même rôle mais plus le même fonctionnement)
  • Sœurs dans le Seigneur auprès du Corps du Christ
  • Collègues/travailleuses/ entrepreneures dans son travail séculier

etc.

C’est cela UNE FEMME.  Le pendant est valable pour UN HOMME.

Notre citoyenneté est céleste et Dieu nous demande JUSTEMENT d’appliquer la mentalité du ROYAUME ICI BAS, parmi nous, entre nous. Cela signifie se départir de fonctionnement culturel propres à nos pays d’origine. Par contre si le fonctionnement ethnique fait partie de la vision de l’église, Il faut juste le dire CLAIREMENT et en TOUTE TRANSPARENCE cela permet de mieux comprendre le pourquoi des choses. Il existe des églises ethniques de toute origine : blancs, noirs, jaunes, rouges.

Que quelqu’un vous dise votre prénom X, Maman/Papa X, Madame/Monsieur X  Il s’agit de  la même personne: vous. Ce n’est ni une rétrogradation ni une élévation. Cela ne change rien en qui vous êtes.

Je ne cherche pas à vous convaincre. C’est le St-Esprit qui convainc. Puissions-nous avancer en tant que Corps de Christ et famille en Christ et que chacun fasse ses petits pas et ses grands pas de transformation et de restauration intérieure par les exhortations, partages, conseils des uns et des autres, et par le St-Esprit pour la gloire de Dieu.

Nous luttons tous contre notre chair. Nous sommes chacun des modèles les uns pour les autres. Référons-nous au filtre de la Parole de Dieu et en étant attentif au St-Esprit qui vit en nous. Il nous aide à progresser pas à pas pour transformer notre caractère et développer notre identité en Christ.

Soyons unis dans la prière et demeurons en union face à notre ennemi commun, le champion de la construction de forteresses et de la division; celui dont le nom Satan désigne parfaitement ce qu’il est : notre adversaire.

Comment arrimez-vous votre culture/tradition/coutume/mentalité afin de vous conformer à celle du Royaume de Dieu?

Vous arrive-t-il de trouver difficiles de vous conformer aux principes de la parole de Dieu versus votre culture/tradition/coutumes/éducation?

 

CC BY-NC-SA 4.0 Culture, coutume, tradition, versus culture et mentalité du royaume de Dieu. par Zoé est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'utilisation Commerciale-Partage à l'identique 4.0 .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *