Femmes au foyer ou femmes au travail, chrétiennes avant tout!

Femmes au foyer femmes au travail

Dans notre milieu chrétien, nous sommes parfois forts pour nous enfermer les uns et les autres dans des étiquettes selon nos paradigmes personnels, à l’exemple de la femme au travail ou la femme au foyer.

Arrêter d’opposer femmes au foyer et femmes au travail

Femmes au foyer ou femmes au travail, nous devons cesser d’opposer ces femmes et, selon que nous soyons l’une ou l’autre, cesser de s’ opposer entre nous.

Certaines femmes au foyer osent dire qu’il faut une onction particulière pour être femme au foyer, être à la maison, élever des enfants, faire la cuisine, faire le ménage, amener les enfants faire des activités, s’occuper du mari…etc.

Ah oui?  une onction particulière ? Et bien mon œil!!!

Certaines femmes au travail osent dire qu’il faut  une onction particulière pour tout mener de front: vie professionnelle, vie familiale. Effectivement que dire de l’onction de celle qui assure un emploi, des responsabilités, qui fait face à des prises de décisions professionnelles de tout ordre pouvant avoir des impacts sur l’organisation pour laquelle elle travaille, la ville, le pays ou le monde dans lequel nous vivons. Elle travaille, fait le ménage, fait la cuisine, la vaisselle, amène les enfants à leurs activités, s’occupe de son mari…etc.

Ah oui?  une onction particulière ? Et bien mon œil!!!

Laquelle des deux a raison de se gloser de son soi-disant niveau d’onction? Roulement de tambour……. AUCUNE!!!

Philippiens 2 V3 : « Ne faites donc rien par esprit de rivalité, ou par un vain désir de vous mettre en avant ; au contraire, par humilité, considérez les autres comme plus importants que vous-mêmes ; ».

Les motivations du cœur de l’une comme de l’autre, font la part belle à l’orgueil, le jugement/condamnation, le sentiment de supériorité ou d’infériorité. Trouvez-vous dans ces caractéristiques des éléments qui reflètent le caractère de Dieu, Père, Fils et St-Esprit? NOOOOONNNNNNN!!!!!!

Orgueil

Proverbes 11 V12 : « Celui qui traite son prochain avec mépris est un insensé, mais l’homme intelligent accepte de se taire. »

Luc 16 V15 : « Et il leur dit : Vous êtes ceux qui se justifient eux-mêmes devant les hommes ; mais Dieu connaît vos cœurs : car ce qui est haut estimé parmi les hommes est une abomination devant Dieu ».

Proverbes 27V2 : « Qu’un autre te loue, et non ta bouche, — un étranger, et non tes lèvres ».

Jugement/condamnation

Jacques 2 V1 :4 : « Mes frères, que votre foi en notre glorieux Seigneur Jésus Christ soit exempte de toute acception de personnes. Supposez, en effet, qu’il entre dans votre assemblée un homme avec un anneau d’or et un habit magnifique, et qu’il y entre aussi un pauvre misérablement vêtu; si, tournant vos regards vers celui qui porte l’habit magnifique, vous lui dites: Toi, assieds-toi ici à cette place d’honneur! et si vous dites au pauvre: Toi, tiens-toi là debout! ou bien: Assieds-toi au-dessous de mon marchepied, lire plus.ne faites-vous pas en vous-mêmes une distinction, et ne jugez-vous pas sous l’inspiration de pensées mauvaises? »

Proverbes 15 V26 : « Les pensées mauvaises sont en horreur à l’Éternel, Mais les paroles agréables sont pures à ses yeux ».

Sentiment de supériorité/infériorité

Luc 6 V40 : « Le disciple n’est pas plus que le maître; mais tout disciple accompli sera comme son maître. »

1 Samuel 17 V42 « Le Philistin regarda, et lorsqu’il aperçut David, il le méprisa, ne voyant en lui qu’un enfant, blond et d’une belle figure ».

Femme au foyer as-tu ce même regard de mépris que le Philistin a eu sur David, envers la femme au travail?

Femme au travail as-tu ce même regard de mépris que le Philistin a eu sur David envers la femme au foyer?

L’orgueil, le mépris et le sentiment de supériorité ne sont pas du tout inspirés par le St-Esprit de Dieu. C’est le trait du caractère de notre ennemi, le diable. Arrêtons de lui ressembler, devenons des disciples de Jésus.

Le St-Esprit de Dieu inspire dans nos pensées, dans nos paroles et à travers nos actes de l’amour et du respect. Chacun de celles et de ceux qui encouragent ce mépris soit des femmes au foyer soit des femmes au travail le font pour prouver leur besoin d’exister en rabaissant l’autre ou pour prouver que leur choix de vie est meilleur.

C’est la mentalité du monde qui malheureusement est très forte aussi au sein des chrétiens. C’est pourquoi nous devons vraiment considérer Romains 12V2 et renouveler nos pensées et notre mentalité.

Proverbes 14V21 : « Qui méprise son prochain commet une faute, mais heureux celui qui a compassion des affligés. »

Romains 12 V2 : « Ne vous laissez pas modeler par le monde actuel, mais laissez-vous transformer par le renouvellement de votre pensée, pour pouvoir discerner la volonté de Dieu : ce qui est bon, ce qui lui plaît, ce qui est parfait ».

Non! Une femme qui travaille n’est pas meilleure ou mauvaise épouse et mère qu’une autre. Elle s’investit à tout mener de front (vie familiale, vie professionnelle), c’est sa décision et parfois elle n’a pas eu le choix.

Non! Une femme au foyer n’est pas meilleure ou mauvaise épouse et mère qu’une autre. Elle s’investit dans sa vie de famille, c’est sa décision et dans la majorité des cas, elle a fait ce choix.

À noter tout de même cette nuance importante :

La femme qui travaille et mène tout de front est plus souvent dans le sacrifice que la femme qui est au foyer. Très souvent, elle n’a pas le choix et doit prendre cette décision étant donné que le revenu du mari n’est pas suffisant pour subvenir à toute la famille.

Il arrive aussi pour la femme au travail que ce soit un choix personnel pour se réaliser professionnellement, et Dieu n’est pas contre cela. Dieu regarde au cœur: la première place à Lui que nous soyons au travail ou au foyer.

La femme au foyer elle, très souvent, ce n’est pas toujours un sacrifice, c’est un choix après une décision commune avec son mari. Cette décision est basée sur le fait que les moyens de subsistance et donc les revenus du mari sont souvent suffisants pour se passer d’un autre salaire.

Il peut arriver que lorsque la femme a fait des études supérieures ce choix peut cacher le désir de se faire admirer pour son abnégation et le fait d’avoir renoncer à travailler pour se consacrer à sa famille. Dieu est le Dieu de la famille. Il est en faveur de toutes actions pour prendre soin de sa famille en ayant un travail ou en étant au foyer. Il regarde là aussi, les motivations de nos cœurs, c’est à dire qui à la première place: Lui ou nos ambitions de carrière éteintes ou affirmées? La finalité d’avoir des enfants dans un mariage est, avec notre époux dans son rôle d’homme et de père, d’en faire des disciples de Jésus que l’on soit une femme au travail ou une femme au foyer.

Dans le cas où la femme peut être au foyer, c’est une grâce extraordinaire qui devrait amener celles qui ont ce privilège de pouvoir être au foyer sans avoir cette préoccupation financière d’un 2nd salaire pour vivre. Mesdames au foyer, ayez un cœur de compassion pour les femmes au travail, qu’elles soient mères ou célibataires, au lieu de les mépriser jusqu’à ce que certaines aient un sentiment de honte de devoir travailler pour faire vivre ou faire vivre leur famille. La compassion pousse à l’action la pitié à l’inertie.

Mesdames au travail, n’endurcissez pas vos cœurs. Toute grâce reçue de Dieu doit être célébrée en bénissant celui par qui tout vient et non pour afficher une quelconque suprématie sur autrui.

Que nous soyons ou décidons d’être une femme active (travail ou affaires) ou d’être une femme au foyer, ne cherchons pas notre propre gloire. Dieu ne veut pas que nous nous glorifions par nous-mêmes.

Proverbes 27V2 : « Qu’un autre te loue, et non ta bouche, — un étranger, et non tes lèvres ».

Matthieu 23V12: « Quiconque s’élèvera sera abaissé, et quiconque s’abaissera sera élevé ».

Quel choix : être une femme au foyer ou être une femme au travail ?

Être une femme qui travaille ou être que femme au foyer, chaque choix est bon et juste. Dieu ne veut pas que nous soyons toutes des femmes au foyer, Dieu ne veut pas que nous soyons toutes des femmes au travail. Dieu nous laisse décider et être responsables de nos choix en accord avec ses plans pour nos vies.

Ce que je dis dérange certains hommes et certaines femmes, mais c’est la vérité, non pas la mienne, celle de la Parole de Dieu. Rendez-vous compte que si être une femme au foyer est la seule possibilité que Dieu nous offre, dans les 5 ministères cités par Éphésiens 4V11, nous n’aurions pas de femmes apôtres, prophètes, évangélistes, pasteurs, enseignantes. Dans le séculier, nous n’aurions pas de femmes astronautes, médecins (quel que soit la spécialité (pédiatrie, gynéco…) ni de femmes acteurs majeurs dans le monde de l’entreprenariat, de la finance et des affaires.

Bref! Nous n’aurions de femmes nulle part. Nous serions dans un monde d’hommes, avec une orientation et une vision 100% masculine. Dans tous les continents et dans certains pays ou la domination masculine est particulièrement forte, nous avons un aperçu des travers vers lesquels un tel schéma de pensée conduit, que ces pays soient démocratiques ou totalitaires, avec des fondations chrétiennes ou pas.

Pensez-vous que Dieu qui a créé l’homme et la femme pour être complémentaire l’un à l’autre a dans ses plans d’exclure la femme de son rôle sous prétexte qu’elle est venue après l’homme? sous prétexte Qu’elle est soumise à son mari et sous prétexte que le mari est le chef de la femme? JAMAIS!

1 corinthiens 11 V3 : « Je veux cependant que vous sachiez que Christ est le chef de tout homme [hommes et femmes], que l’homme est le chef de la femme, et que Dieu est le chef de Christ ».

Le foyer, seule destinée de la femme?

Nous avons dans la Bible des femmes qui ne sont pas cantonnées au seul foyer et ont des positions et rôles de pouvoir et d’importance. Apprenons à le considérer, l’admettre, les soutenir et non les dénigrer que nous soyons des femmes ou des hommes.

Déborah était juge en Israël.

 Juges 4 V4 :5 « Dans ce temps-là, Déborah, prophétesse, femme de Lappidoth, était juge en Israël. 5 Elle siégeait sous le palmier de Débora, entre Rama et Béthel, dans la montagne d’Ephraïm; et les enfants d’Israël montaient vers elle pour être jugés. »

La femme riche de Sunem fournit à Elisée le gîte et le couvert, et son fils revînt à la vie.

2 Rois 4 V8 : « Un jour, Elisée passait par le village de Sunem. Une femme riche insista auprès de lui pour qu’il accepte de prendre un repas chez elle. Dès lors, chaque fois qu’il passait par ce village, il s’arrêtait chez elle pour manger. »

Prisca (Priscille selon d’autres versions), épouse d’Aquilas fut une autre excellente collaboratrice de Paul au cours de ses voyages apostoliques.

Romains 16 V3 :5« Saluez Prisca et Aquilas, mes coopérateurs dans le Christ Jésus; pour me sauver la vie, ils ont risqué leur tête et je ne suis pas seul à leur devoir de la gratitude : c’est le cas de toutes les Églises du monde païen; saluez aussi l’Église qui se réunit chez eux. »

J’admire les femmes qui mènent de front vie de couple, vie de famille avec ou sans enfants, emploi, carrière, ministère ou implication à l’église… chapeau! Je ne sais pas comment vous faites Mesdames!

J’admire aussi les femmes qui sont à la maison et qui s’épanouissent dans les tâches ménagères et l’éducation des enfants (ménage, cuisine, popote et autres) avec peu d’ échanges avec les adultes hormis le conjoint, les ami(e)s, le pédiatre, l’éducation chrétienne à l’église, l’enseignant(e) à l’école ou la famille/belle-famille lors des réunions ou évènements familiaux. Chapeau! Je ne sais pas comment vous faites Mesdames!

Dieu a créé l’homme et la femme pour être complémentaire l’un à l’autre, ils sont égaux en ayant des rôles différents. Oui l’homme est le chef de la femme (1 corinthiens 11V3), pour autant, la femme n’est pas moindre que l’homme. Regardons pourquoi à la lumière de la Parole de Dieu.

Genèse 2V18 :

« L’Éternel Dieu dit : Il n’est pas bon que l’homme soit seul, je lui ferai une aide qui soit son vis-à-vis ». (Semeur).

« L’Éternel Dieu dit : Il n’est pas bon que l’homme soit seul; je lui ferai une aide semblable à lui ». (LSG).

« Et l’Éternel Dieu dit: Il n’est pas bon que l’homme soit seul; je lui ferai une aide qui lui corresponde. » (Darby)

 

Très souvent, hommes comme femmes s’arrêtent à la compréhension littérale du mot « AIDE » sans tenir compte de la fin du verset, qui souligne en hébreu la notion d’aide, de secours, de sauveteur. Le terme hébreu est « EZER », les juifs parlent d’ailleurs d’« EZER KENEGDO ». En quoi est-ce d’une importance clé? Dans la parole, ce terme « EZER » cité 21 fois qualifie systématiquement Dieu lui-même, l’Éternel comme secours envers nous humains que nous sommes dans les situations les plus désespérées. Wow!

Nous retrouvons « EZER » 3 fois lorsque Israël demande de l’aide militaire à des nations alliées (Ésaïe 30V5; Ézéchiel 12V14; Daniel 11V34), et, – c’est là le Wow 1! — 16 fois pour parler de Dieu comme le secours d’Israël (Exode 18V4; Deutéronome 33V7, V26, V29; Psaumes 20V2; 33V20; 70V5; 89V19,115V9,V10, V11; 121V1 – 2; 124V8; 146V5; Osée 13:V9). Il est utilisé deux fois dans le livre de la Genèse pour qualifier un être humain, et il s’agit de la femme (Genèse 2 V18 et V20). Pas de l’homme. Wow 2!

Ce n’est pas une position de 2nde classe. C’est une position unique, une position stratégique, une position clé dans laquelle dieu nous place en tant que femme. C’est à la fois la puissance et la force et pas un simple support. Si vous lisez et étudiez attentivement les différentes références, vous découvrirez qu’« EZER » est utilisé dans un contexte militaire. « EZER » est un qualificatif guerrier dont l’intervention de celui qualifié par ce terme, porte secours et assistance à autrui. Dans la Bible, il est inclus dans des prénoms d’homme, à l’exemple d’un des fils de Moïse nommé Eliezer qui signifie « Dieu est un secours ».

Samuel a nommé une pierre « Eben-Ezer » pour dire « Jusqu’ici l’Éternel nous a secourus» face aux Phillistins. « Eben-Ezer » est une pierre commémorative dressée par Samuel, pour marquer le lieu où Dieu aida Israël à mettre en déroute les Philistins, au nord de Jérusalem.

1 Samuel 7 V11 :13 : « Les hommes d’Israël sortirent de Mitspa, poursuivirent les Philistins, et les battirent jusqu’au-dessous de Beth-Car. Samuel prit une pierre, qu’il plaça entre Mitspa et Schen, et il l’appela du nom d’Eben-Ezer, en disant: Jusqu’ici l’Éternel nous a secourus. Ainsi les Philistins furent humiliés, et ils ne vinrent plus sur le territoire d’Israël. La main de l’Éternel fut contre les Philistins pendant toute la vie de Samuel ».

Femme au travail ou femme au foyer nous ne sommes pas des mauviettes. Femmes au travail, femmes au foyer nous sommes (devons être) obéissantes et soumises à la Parole de dieu. Femmes au foyer, femmes au travail nous devons décider de nous soumettre à nos maris Éphésiens 5 V22. Se soumettre à son mari ne veut pas dire l’idolâtrer au point de le faire passer avant Dieu ou de faire passer tous ses désirs avant notre relation à Dieu. Par exemple, si vous renoncez à aller au culte le dimanche et préférer faire des activités avec votre mari, posez-vous la question de qui a plus d’importance dans votre cœur: Dieu ou votre mari?. Il y a des femmes qui ont soif de Dieu et dont le mari les empêche d’aller à l’église, ce n’est pas de cela dont il question ici. C’est plutôt de celles qui font volontairement et délibérément le choix de quitter ou de s’éloigner de la communauté chrétienne par préférence pour leur époux.

Femmes au foyer, femmes au travail nous devons être des guerrières non entre nous, ni à notre travail, ni dans nos familles biologiques/famille d’église, et encore moins dans nos foyers c’est-à-dire dans le monde naturel. Nous devons être des guerrières dans le monde spirituel, des femmes de prière, des femmes qui méditent la Parole, qui ne se bornent pas l’écouter mais la mettent réellement en pratique Jacques 1 V22.  Jamais la guerre des idées, la guerre des paroles, la guerre d’avoir le dernier mot n’ont porté du fruit autre que celui de la désolation et de la destruction. La guerre que nous devons pratiquer est de détruire les plans de l’ennemi afin de contribuer à l’ avancement du Royaume de Dieu.

Arrêter la comparaison et la compétition

Quel que soit votre choix, il ne faut pas culpabiliser, ni avoir honte, ni mépriser celles qui font un choix différent du votre.  Rappelons nous Dieu regarde au cœur: Lui en premier.

Mettons fin à ses sentiments de supériorité de race, de positions, de statut social, de sexe :

Actes 17V26 : « Il a fait que tous les hommes [êtres humains], sortis d’un seul sang, habitassent sur toute la surface de la terre, ayant déterminé la durée des temps et les bornes de leur demeure (…) »

Arrêtons de penser que nous avons de si bons principes. Nous devons suivre et appliquer les principes de Dieu. Arrêtons la compétition, femmes au travail, femmes au foyer nous avons la même valeur devant Dieu. Ne faisons pas le jeu de l’ennemi en recourant au mépris et à ses cousines que sont la condescendance, l’avanie, la déconsidération, le dédain, la morgue, la mésestime d’autrui.

1 Corinthiens 12 V25 : « afin qu’il n’y ait pas de division dans le corps, mais que les membres aient également soin les uns des autres. »

Soyons ces chrétiens, hommes et femmes, qui sortent des clivages. Ni comparaison ni compétition. Que chacun fasse selon son cœur en s’appuyant sur Dieu, Père fils et St-Esprit. L’humilité se traduit par le fait de savoir honorer les autres dans leurs différences. Sachons nous enrichir mutuellement des expériences et des choix de vie des uns et des autres, sans division ni clivage.

Femme au travail ou femme au foyer, avez-vous pris la décision d’arrêter de comparer votre choix de vie et de vous croire supérieure aux autres ?

CC BY-NC-SA 4.0 Femmes au foyer ou femmes au travail, chrétiennes avant tout! par Zoé est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'utilisation Commerciale-Partage à l'identique 4.0 .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *